Miroirs

CHOC DE CLASSICA
5 DIAPASONS

Samuel Barber – Adagio pour cordes

Johann Christoph Bach – “Ach dass ich Wassers genug hätte”

Dimitri Chostakovitch – Symphonie de Chambre op.110a

Nicolas Bacri – Lamento

J-S Bach – “Wie jammern mich doch die verkehrten herzen”

CHOC DE CLASSICA
5 DIAPASONS

 

Miroirs, le nouveau disque de Jean-Christophe Spinosi et de l’Ensemble Matheus après plusieurs années d’absence.

Pour son premier enregistrement chez Deutsche Grammophon et son retour au disque après plusieurs années d’absence, le chef d’orchestre et violoniste Jean-Christophe Spinosi, accompagné de son Ensemble Matheus et de la Mezzo-Soprano Malena Ernman, présente Miroirs. Un album où les œuvres de Johann Sebastian Bach et de Johann Christophe Bach côtoient celles de Dimitri Chostakovitch, Samuel Barber, et de Nicolas Bacri. Autant de compositeurs dont les œuvres se reflètent et se font écho malgré les années qui les séparent.

A l’origine, Jean-Christophe Spinosi, fondateur et chef d’orchestre de l’Ensemble Matheus, découvre  dans les années 2000 le Lamento de Johann Christoph Bach. Interpellé par la modernité de cette musique à la fois bouleversante et lumineuse, il décide de commander à Nicolas Bacri une œuvre dont l’instrumentarium, la voix, le texte, la durée et le tempo seraient inspirés de la pièce baroque, mais dont le langage resterait libre. Un cahier des charges très précis, dont Nicolas Bacri a su tirer un chef-d’œuvre, le Lamento op. 81, créé en 2002 par l’Ensemble Matheus sous la direction de Jean-Christophe Spinosi et le contre-ténor Philippe Jaroussky dans une petite église bretonne.

Miroirs aux multiples facettes, les œuvres de Nicolas Bacri, Dmitri Chostakovitch, Samuel Barber, Johann Christoph et Johann Sebastian Bach sont autant de fenêtres ouvertes à travers les années. Créées dans des cadres particuliers (les œuvres des Bach sont religieuses, le Lamento de Nicolas Bacri est une commande, la Symphonie de chambre de Chostakovitch est un tombeau musical, et l’Adagio de Barber est devenu l’hymne des enterrements des grands hommes), elles sont à la fois savantes et populaires, épisodiques et absolues. Plus que des mises en musique de la tristesse, elles incarnent l’éphémère dans un art atemporel. Transcendant les sentiments humains, elles nous permettent de saisir dans une splendide lumière noire le rayonnement éternel de la beauté.

Crédits :

  • Malena Emman
  • Jean-Christophe Spinosi
  • Ensemble Matheus
  • Stefano Ferrari tenor GUALTIERO
  • Lestyn Daviescontro tenore CORRADO
  • Ensemble Matheus, Jean-Christophe Spinosi

Label :

  • Deutsche Grammophon

Support :

  • CD

Lien(s) web :

  • http://www.universalclassics.fr/miroirs/